La dérive de nos collectivités locales

18/05/2017 Publié dans  Administration

La loi NOTRe a été votée par ceux qui aujourd’hui entendent constituer la nouvelle majorité soutenant le projet politique porté par le nouveau Président de la République.

L’application de cette loi sur le Trégor-Goëlo a donné à la lieu la création de Communautés d’Agglomérations ne respectant en rien la logique des territoires.

Elles marquent un recul de la démocratie avec un système électoral à deux niveaux et une distance inacceptable entre le citoyen et le centre de décision qui détermine son cadre de vie et lui fournit les services publics. Cela favorise l’opacité des décisions et leur non contrôle par le citoyen.

Les habitants souhaitent une proximité de gestion des projets et de leurs problèmes avec le Maire et les Elus rencontrés de notre circonscription souhaitent le maintien de ce lien direct dans un territoire qu’ils sont seuls à bien connaître.

Le système est-il source d’économies ? Ce n’est pas seulement une mutualisation des moyens mais plutôt une concentration de la gestion. Cela demande des moyens en personnels (exemple Sur Guingamp-Paimpol–Armor-Argoat-Agglomération, dont le nom même montre l’absence de cohérence, on a commencé par embaucher des fonctionnaires) et en investissements ou coûts (exemple besoin de salles de Conseil d’Agglomération). A la lecture des budgets votés en mars, les économies d’échelle ne sont pas en vue.

Il faut alléger la tâche des fonctionnaires en simplifiant le fatras de normes et procédures qui asphyxie la gestion des affaires locales et rapprocher le centre de décision du citoyen en regroupant les niveaux intermédiaires de décisions, trop nombreux entre Commune et Etat.

Pour mettre en œuvre cette approche réaliste, il faut défendre le retour des centres de décision locaux poches du citoyen par une politique d’économies budgétaires fondée sur un allègement des tâches dévolues aux fonctionnaires et une diminution des niveaux administratifs de gestion.

Il faut envoyer à l’Assemblée des députés de Droite assumée et pragmatique qui prendront position selon la pertinence des projets visant à rapprocher le citoyen de la décision et leur coût estimé induit pour le contribuable. C’est ce à quoi je m’engage.

 

Partager cet article